Les Foulards Rouges – saison 1 – Bagne, de Cécile Duquenne

1501-foulards-s1_org

Auteur : Cécile Duquenne

Série : Les Foulards Rouges (Saison 1)

Titre : Bagne

 

 

 

 

Résumé de l’éditeur :
« Sur Bagne, Lara traverse les étendues désertiques pour remplir ses contrats. Car Lara est une Foulard Rouge, appelée à faire régner la loi à grand renfort de balles. Et sur cette planète-prison où les deux-tiers de la population sont des hommes, anciens violeurs ou psychopathes, c’est une vraie chance pour une jeune femme comme elle de ne pas avoir fini dans un bordel.
En plus, elle fait plutôt bien son boulot – on la surnomme même Lady Bang. Mais Lara n’a pas obtenu ce job par hasard – tout comme elle n’a pas atterri dans cet enfer par hasard. Elle doit tout ça à quelqu’un en particulier, à qui elle en veut profondément… et qui, pourtant, a quelque chose à lui offrir – une chose qui n’a pas de prix. Lara acceptera-t-elle de baisser un peu sa garde et de se lier à de dangereux criminels comme le mystérieux Renaud ? Si elle veut reprendre son destin en main et ne pas finir ses jours ici, elle n’aura pas vraiment le choix… »

 

Un extraordinaire voyage. Voilà comment je pourrais résumer simplement mon avis après avoir tourné la dernière page. Certes, j’ai surtout crié « putain mais quel cliffhanger dégueulasse » mais ça c’est parce que j’étais sous le coup de l’émotion (et qu’accessoirement j’étais seul). Mais j’y reviendrai plus tard, faisons les choses dans l’ordre.

Dès les premières pages, j’ai eu l’impression de me plonger dans l’atmosphère si particulière de la série Firefly. Le format épisodique de l’histoire n’y est probablement pas étranger. Autant dire que je n’ai pas attendu longtemps pour mettre la (fantastique) BO de cette série pour accompagner ma lecture. Pour ceux qui ne connaissent pas Firefly (bouh, allez réparer ça de suite), vous allez découvrir une ambiance particulière de science-fiction teintée de western.

Pour en revenir au format du livre, Les Foulards Rouges est découpé en saisons puis en épisodes. C’était le premier livre dans ce format que je lisais et la cohérence de l’ensemble ne m’a pas donné l’impression d’un format différent de ce que je lis d’habitude. Un bon point donc, d’autant que les impatients peuvent lire épisode par épisode plutôt qu’attendre la sortie d’une saison complète (ce que je vais d’ailleurs faire pour la deuxième saison).

Bagne, la planète-prison, est le terrain de jeu des pires criminels chassés de la Terre. Un semblant d’ordre s’est installé mais il est est très totalitaire. L’héroïne Lara est l’une des « Foulards Rouges », la milice locale, et son surnom de Lady Bang traduit bien le sentiment qu’elle provoque parmi ceux qui ont le malheur de la croiser.

Le début du récit voit une proposition être adressée à Lara par un autre Foulard Rouge et avec cette proposition, c’est la promesse d’un grand voyage qui nous est faite. On a beau savoir dès le début où nous emmène cette première saison, la destination n’est qu’un des éléments si intéressants de ce voyage. Entre les personnages qui sont loin d’être tels qu’on les imagine à leur première présentation et les surprises, nombreuses, qui vont agrémenter la lecture, je me suis senti totalement happé par cette histoire.

Plus haut, je parlais de Firefly mais ce n’est pas la seule (bonne) référence que l’on peut trouver dans ces pages. Certains côtés m’ont fait penser à Dune également. Tout le livre respire l’amour de la science-fiction et du fantastique.
Nous avons un monde vraiment riche et le découvrir est l’un des points forts ici. La Terre, avec son Parti pour la Paix, sa religion désormais unique (ou presque), et ses doctrines, ne se dévoile que par les connaissances qu’en ont les prisonniers sur Bagne, dont la plupart sont là depuis plusieurs années tout de même. Bagne d’ailleurs, cette planète dont on ne sait pas grand chose, nous réserve son lot de surprises. Et que dire d’Evoria, encore un point très intéressant. J’ai vraiment été conquis par la construction de l’univers.

Quelques détails m’ont toutefois un peu gêné mais rien qui m’aura réellement empêché de prendre beaucoup de plaisir à cette lecture.

Le récit démarre sur un bon rythme mais est très loin de nous montrer son vrai jeu dès le début. Au fur et à mesure que l’ensemble progresse, on monte en pression et le récit devient vraiment épique. Les révélations, les intrigues, les apparitions qu’on n’attend vraiment pas, j’en ai eu le souffle coupé.

Et puis arrive cette fin, bien trop vite. Ce cliffhanger final qui m’a laissé en pleine frustration. Je n’ose imaginer l’état de ceux qui terminé la première saison à sa sortie et devaient attendre un moment avant de profiter de la suite. Surtout que l’une des théories que j’avais eu à propos du monde n’avait pas encore eu le temps d’être abordée. En plus, toute la fin de ce livre nous offre des promesses de grosses révélations pour la deuxième saison.
De toute façon quand j’en arrive à faire des théories sur l’histoire d’un roman, c’est foutu pour moi, je suis totalement captivé et ne pourrait plus en sortir. Pour cette raison, je sors de cette lecture avec des étoiles plein les yeux. Et croyez bien que lorsque vous lirez ces lignes, j’aurais largement entamé la deuxième saison ; tel un thaumaturge me voilà accro.

 

16 réflexions sur “Les Foulards Rouges – saison 1 – Bagne, de Cécile Duquenne

  1. Le Roy Dit Nous Voulons dit :

    Toi aussi tu vis intensément tes lectures aussi ? ! 😉
    Le  » Mais putain quel cliffhanger dégueulasse !  » est énorme 😂.

    • Lost in Chapter 13 dit :

      Quand je suis pris par quelque chose, je n’y vais pas à moitié. Mais vraiment le cliffhanger final, faut le vivre pour le comprendre. Quelqu’un qui a un minimum apprécié le bouquin ne peut y résister.

      • Le Roy Dit Nous Voulons dit :

        Le pitch du livre est aguichant en effet.

        Pareil. Si j’aime quelque chose c’est à fond. Idem quand je déteste. Sinon c’pas drôle

      • Lost in Chapter 13 dit :

        Si tu aimes les univers de SF, tu dois lire ce livre, vraiment. (Et te préparer à lire le suivant parce que le cliffhanger là est atroce. :p )
        En plus l’héroïne est super. Je l’adore !

      • Le Roy Dit Nous Voulons dit :

        Les cliffangers en livres ou films c’est atroooooce.
        Je t’avoue que la SF je découvre peu à peu depuis 2-3 ans on va dire. Et faut que je me mette à Star Trek… et en bouquins je crois que je vais me plonger aussi dedans.
        Quand j’aurais fini de lire ma pile qui s’agrandit de mois en mois…

      • Lost in Chapter 13 dit :

        Star Trek, faut pas prendre n’importe quoi cela dit. Par exemple, pour débuter faut éviter les deux films récents.
        Pour les séries, la meilleure est clairement The Next Generation. Deep Space Nine et Voyager sont pas mal aussi. La série des années 70 (appelée TOS pour « The Original Serie ») est vraiment kitsch de nos jours. Les 10 films qui ont été fait (avant le reboot et les deux récents donc) s’appuient sur les séries TOS et TNG (The Next Generation) donc il faut connaître un minimum les séries pour apprécier les films.
        Quant aux bouquins Star Trek, y en a une bonne tripotée mais là, je ne m’y suis jamais baladé, je ne sais donc pas ce qu’ils valent et ce qu’il faut recommander. (Ça se voit sur le blog, je suis plus Star Wars que Star Trek.)

      • Le Roy Dit Nous Voulons dit :

        Star Wars suis fan aussi. Je connais plus que Star Trek en tout cas.

        Nan mais en vrai y’a des univers que tu maîtrises pas ? Tu connais touuuuut, suis impressionnée.

      • Lost in Chapter 13 dit :

        Ahah non mais forcément tu vas toujours sur des sujets qui m’intéressent (et quand je m’intéresse à quelque chose, c’est toujours à fond).
        Si je puis me permettre, je t’invite à utiliser le bouton contact de mon blog pour qu’on continue nos conversations fort passionnantes. (J’aurais bien fait le premier pas moi-même mais y a pas ce même bouton sur le tien. ^^ )

      • Le Roy Dit Nous Voulons dit :

        Ui faut je rajoute le lien pour me contacter via le mail du blog.
        D’autant que je viens de retrouver mon mot de passe. Que j’avais oublié comme une grosse brêle 😂…

        No soucy du coup. Je te contacte sous peu.

  2. Erika dit :

    C’est vrai que c’est « déguelasse » 😉

    Sinon apparemment j’ai des réparations à faire (Firefly et même Dune – mon père a beaucoup aimé Dune, aimé est un mot faible et bizarrement c’est sûrement pour ça que je me suis jamais intéressé à Dune ^^)

    • Lost in Chapter 13 dit :

      Firefly et Dune, ce sont des petites similitudes que j’ai ressenties dans l’histoire mais rien de vraiment majeur, et c’est vraiment assez différent. Surtout qu’avec ta PàL déjà bien grosse, si tu tombes dans Dune, tu es foutue. ^^

      • Erika dit :

        Je ne suis pas sûre de vouloir alors ! Surtout que mon cher père me saoulerait encore plus avec ça …

  3. Charmant-Petit-Monstre dit :

    Tu me fais carrément envie avec ce bouquin que j’ai vu pendant un moment partout sur la blogo. Nan pis c’est pas juste, tu lances Dune et Firefly comme références (nan mais FIREFLY quoi !!). Comment veux-tu que je résiste ? Allez hop ! Dans la wish list.

    • Lost in Chapter 13 dit :

      Alors Dune n’est qu’une légère similitude sur certains points, ça n’est pas réellement une influence. (D’autant que je n’ai lu que le premier tome de Dune.)
      Mais Firefly, là oui il y a clairement quelque chose, même si ça finit par s’éloigner, le début tu sens l’inspiration de la série de Joss Welldone.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s